Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2008

Dictionnaire : "Le cycliste concon de Lyon"

DICTIONNAIRE POST-PHILOSOPHIQUE :

 

 ARTICLE « LE CYCLISTE CONCON DE LYON »

 

 

Nous commencerons cet article par les synonymes de l’expression « cycliste concon de Lyon » : cauchemars, nuisibles, débiles, j’m’en foutistes, amateurs, cervelles en grève, les jambes sans la tête et nous nous arrêterons là avant de compléter la liste par des mots plus malsonnants.

 

Le déplacement à bicyclette ne date pas d’aujourd’hui et est, à l’origine, quelque chose de tout à fait valable et respectable. Malheureusement, depuis quelques années, ce qui était autrefois réservé à des gens sachant utiliser un vélo et rouler correctement en ville est devenu, par la grâce de certaines municipalités, une facilité offerte au premier con venu qui ignore les rudiments de la circulation.

 

Le cycliste citadin en général se divise en deux catégories :

 

- La première, sur laquelle il n’y a rien à dire, intègre les gens qui ont compris qu’on ne peut pas faire n’importe quoi sur un deux roues, qu’il y a des règles à observer et que le code de la route s’applique à tout le monde, y compris à eux. Ce sont ce que nous nommerons les « cyclistes citadins pourvu d’une intelligence normale. »

 

- La seconde, sur laquelle nous allons nous étendre, a un nombre d’adhérents formidablement plus élevés que la première. Constatation déprimante, parce qu’elle sous-entend de graves problèmes quant à l’intellect d’une grande partie de notre population, notamment entre 20 et 35 ans, âges les plus touchés par la débilité précoce.

 

Un bon exemple valant mieux qu’un long discours abstrait, nous allons évoquer le cas de la bonne ville de Lyon qui a eu l’idée de mettre des deux roues à disposition de tout un chacun. Excellente idée sur le papier, et remplie d’implicites écologiques. L’huile de genou pollue moins que le diesel et son odeur est moins forte et moins désagréable (encore que) que celle des gaz d’échappement.

 

Néanmoins, néanmoins, dirons-nous, le « velov » n’est pas, à y regarder de plus près, une SI bonne affaire. Pourquoi ? Mais parce que n’importe qui peut emprunter un vélo et surtout ceux dont le QI ne dépasse pas le 50. Finalement, on se retrouve devant le même problème que celui qui hante les grands cerveaux de l’Education Nationale : la massification. Et forcément, la chute de la qualité.

 

Le « cycliste concon de Lyon » ignore :

 

- Les feux rouges ; (il n’en a jamais vu de sa vie et pense que c’est encore une invention du PC pour se faire remarquer. Comme il est en majorité PS, il est hors de question qu’il jette un soupçon de regard à cette chose malsaine.)

- Les sens interdits ; (il se dit que c’est une jolie décoration ; peut-être pour la Biennale de la danse ? Mais pourquoi n’en avoir mis que dans certaines rues ? )

- les priorités à droite ; (l’abstraction est trop difficile. Et puis, la droite, connais pas. Et puis, dites, hein ! Pas d’insanités pré électorales.)

- Les « cédez le passage ». (Mais pourquoi avoir tracé ces bandes sur la chaussée ? Ca, c’est salir la ville pour rien. Son ego écolo se révolte. )

- Pour celui qui utilise son propre vélo, qu’il vaut mieux avoir une lumière au cul pour circuler la nuit. (Etant lui-même une lumière, sa personne devrait suffire.)

 

Le « cycliste concon de Lyon » roule de préférence au milieu de la chaussée, en zigzaguant de son mieux, le nez en l’air, et traverse les carrefours sans faire attention à ce qui se passe autour de lui. Quand il estime que la rue ne lui suffit pas, il envahit les trottoirs et fonce au risque de renverser le premier obstacle venu, que ce soit Vénus en personne ou Miss Tick. 

 

Le « cycliste concon de Lyon » se prend pour un grand sportif : c’est pour cela qu’il ignore les règles élémentaires du code de la route. D’ailleurs, il ne fait que suivre les préceptes du Président d’une association d’usagers de bicyclettes, interviewé sur une radio quelconque et qui, en deux phrases, n’a pas peur de se contredire complètement. 9 h 10 : première phrase, mémorable : « faire du vélo est un véritable sport qui développe les muscles et l’endurance et c’est ça qui est bien dans ce moyen de transport. »  9 H 13 : deuxième phrase : « Les cyclistes ne peuvent pas s’arrêter aux feux rouges parce que redémarrer demande un trop grand effort physique. » (Véridique et sans commentaire.)

 

- Le « cycliste concon de Lyon » a sa fierté : on ne lui barre pas le passage impunément. Il vous insulte si votre voiture le frôle de trop près et vous insulte si vous avez l’outrecuidance de prétendre passer alors que vous avez le feu vert et qu’il arrive à toute allure sur vous et que c’est trop lui demander de freiner.

 

- Le « cycliste concon de Lyon » hait les voitures qui puent, polluent, font du bruit, l’empêchent de respirer correctement (ce en quoi il rejoint le jogger), de circuler librement, bref, lui pourrissent la vie ; mais heureusement qu’il a la sienne pour partir en vacances.

 

BREF :

 

- Le « cycliste concon de Lyon », sans doute las de la vie, fait tout pour se faire expédier au cimetière avant son heure. Et gageons qu’il saura encore protester auprès de Saint-Pierre ou de Messire Satan, arguant que « c’est la faute de l’autre » s’il se trouve à cet endroit. Seul problème dans ce séduisant programme suicidaire : quid du malheureux qui, sans le faire exprès, l’aura envoyé dans l’autre monde ? (Ou moins démoralisant : à l’hôpital ?) Ne parlons pas des assurances, là, le casse-tête devient trop abominable, mais du remord qui pourrait l’envahir alors qu’il n’est nullement responsable de la connerie du mort ?...

 

Redoutable engeance, le « cycliste concon de Lyon » est à éviter soigneusement, surtout l’été lorsqu’il pullule comme les morpions là où vous savez. Après les sauterelles, c’est la huitième plaie d’Egypte –pardon, de Lyon.

 

 

19 juillet 2008

Dictionnaire post-philosophique : article "le jogger"

Informations Lexicales :

Vocabulaire venant de l’anglo-saxon, ce qui n’a rien d’étonnant vu ce qu’il trimballe.

Verbe : jogger, premier groupe ; se conjugue sur le modèle de « chanter ».

Noms : un jogger, une joggeuse, le jogging ; les deux premiers s’accordent en genre et en nombre avec le verbe. Le troisième ne s’emploie qu’au singulier, dieu merci.

Expression : « faire du jogging » ou encore mieux « faire son jogging ». Le possessif est ici une indication précieuse dans la mesure où l’on pourrait penser que le jogger jogge le jogging d’un autre.

Synonymes de l’expression et du verbe : tirer une langue de bœuf, courir comme un pied, sentir mauvais, dégouliner de sueur, chercher la crise cardiaque à tout prix, ahaner,  (en) baver, prendre l'air très concentré pour pas grand-chose.

Dérivés : hygiénisme, vouloir maigrir, se maintenir en forme, crever le plus tard possible, faire comme tout le monde, évacuer le stress, courir en papotant, avoir l’air très ridicule.

Origine et description :

Le jogger (dont la femelle est la joggeuse) est une espèce dérivant d’un croisement contre nature entre l’être humain et le mouton. Il est doté de deux pattes arrière sur lesquelles il court à des moments bien précis, le matin entre 9 heures et 11 heures mais surtout en fin d’après-midi, à partir de cinq heures. Son lieu privilégié : le parc de la Tête d’Or à Lyon. Mais il existe bien d’autres endroits en France où l’on peut rencontrer cet animal heu… extraordinaire ? Da : extraordinaire.

Le jogger n’a pas deux idées en tête mais une : courir n’importe où (par exemple dans des rues archi super polluées), pas vraiment n’importe quand mais surtout n’importe comment. Son origine humaine lui permet de penser qu’il se fait du bien en s’exhibant dans des tenues souvent désopilantes et en s’imaginant qu’il va devenir quasiment immortel grâce à ses trois tours de parc quotidiens. Son origine ovine le pousse à écouter tout ce qu’on dit sur les bienfaits de l’exercice physique et à appliquer ces principes à la lettre, sans même se demander s’il en a les capacités.

Utilité générale et principale du jogger :

Aucune.

Utilité générale et secondaire du jogger :

Etre un superbe divertissement pour ceux qui le regardent.

Utilité économique :

Le jogger a deux utilités :

Il permet aux magasins d’articles de sport d’être florissants et aux actionnaires des grandes marques de gagner encore plus de fric.

Grâce à ses foulures, entorses, fractures diverses et crises cardiaques, le jogger permet également au personnel de santé des hôpitaux publics et cliniques privées de ne pas trop s’ennuyer.

Utilité esthétique :

Absolument aucune.

Utilité personnelle :

Le jogging permet à un certain nombre de joggers de frimer en montrant leurs belles cuisses, leurs belles jambes, et leur beau torse. Les autres relèveraient plutôt du cauchemar.

Utilité civique :

Comme on l’a dit plus haut, le jogger n’ayant qu’une idée en tête, il est un excellent citoyen.

Descendance du jogger :

Certainement trop nombreuse, hélas.