Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2009

La colonne du diable : 3

Mais Saint-Pierre n’était pas tombé de la dernière pluie ; il se doutait bien que le diable allait essayer de le tromper aussi bien l’avait-il surveillé pendant tout son voyage. Il le laissa s’envoler de Rome, sa colonne sur l’épaule puis alors que Messire Satan survolait Venise, il lui donna un bon coup sur l’épaule ; surpris, le diable lâcha la colonne qui tomba dans la lagune de la Sérénissime. Il perdit un temps fou à essayer de la récupérer, d’autant plus qu’elle s’était prise dans les algues marines. Blasphémant de colère, il se prépara à reprendre enfin le chemin de Prague. Mais Saint-Pierre lui tendit un autre piège dans lequel il alla droit s’encastrer ; la colonne retomba au fond de la mer et il dut une fois de plus plonger jusqu’au fond de la lagune.

 

Pendant que le diable se battait contre Saint-Pierre, le prêtre disait sa messe et son père, que la terreur avait littéralement paralysé, s’attendait d’une minute à l’autre à entendre le bruit des ailes sataniques au-dessus de Vyšehrad. A force d’attendre, il finit effectivement par percevoir un son assez sinistre ; c’était le diable qui arrivait, sa colonne sur l’épaule. Il ne lui restait que quelques coups d’aile à donner et son contrat serait rempli.

 

Hélas pour lui ! Au moment où il arriva au-dessus de l’église, le prêtre venait de prononcer le dernier mot de sa messe. Il aurait suffi d’une seconde de plus pour le précipiter dans la damnation.

 

Le diable avait perdu. Fou de rage, il brandit la colonne et la jeta sur l’église. Elle traversa le toit et tomba au pied de l’autel, éclatant en trois morceaux. Mais la colère de Satan était inutile. La légende dit que Saint-Pierre le renvoya dans son enfer à grands coups de pied là où on pense. Mais il s’agit sans doute d’un rajout tardif, et venant d’un abominable mécréant ; le maître des portes du Paradis n’avait certes pas l’habitude de se montrer aussi grossier.

 

Le jeune prêtre fut donc sauvé et son père sentit un poids énorme tomber de ses épaules. Il jura, un peu tard comme dit l’adage, qu’il serait à l’avenir plus prudent quand il s’agirait d’apposer sa signature sur un document quelconque.

 

Pendant très longtemps, on vint à l’église voir la colonne brisée et remercier Saint-Pierre d’avoir sauvé le jeune homme. Plus tard, on enleva la colonne de l’église et on la déposa dans le jardin près du cimetière de Vyšehrad. On vient toujours la regarder. Et les trois morceaux de cette colonne sont une mise en garde pour ceux qui seraient tentés de vendre leur âme au diable…

 

Vysehrad 

 vysehrad.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1354706997_5e2f9f6d59.jpg

 

 

 

 

Le cimetière de Vysehrad

 

 

 

 

 

 

 

 

musenat.jpg

 

 

 

 

 La basilique

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.