Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 décembre 2008

Le Mur de la Faim

petrin_hladova_zed1x.jpg

Si vous allez à Prague, et si vous vous promenez sur les rives de la Vltava, peut-être vous étonnerez-vous de voir une étrange construction ressemblant à un mur descendre le flanc de la colline du château. Peut-être penserez-vous : mais à quoi peuvent bien servir ces restes de muraille ? La légende qui suit va vous permettre de satisfaire votre curiosité.

 

La Bohème, comme beaucoup d’autres pays d’Europe, connut de grandes périodes de prospérité qui alternaient avec des périodes beaucoup moins fastes, où les guerres déchiraient le royaume et où la sécheresse déclenchait de terribles famines. Les habitants n’avaient même plus de quoi s’acheter du pain.

 

Le règne de Charles IV, empereur germanique, fut marqué entre autres par une disette effroyable. Les récoltes furent si mauvaises, et les vivres si chères que les gens en furent réduits à voler pour manger et ne pas mourir de faim. Pris sur le fait et arrêtés, ils étaient immédiatement jetés en prison. Les geôles du pays regorgeaient de ces malheureux désespérés.

 

Le roi consulta ses conseillers et courtisans. A la question : « vaut-il mieux mourir de faim ou voler ? », ils répondirent qu’il était très mal de voler mais que mourir de faim était bien pire. Le roi réfléchit quelques instants puis décréta que dans son royaume, nul ne devrait voler ni souffrir de la faim.

 

C’était une généreuse décision. Mais comment faire en sorte que son peuple ait de quoi se nourrir suffisamment pour renoncer à voler ? Un dimanche, à la sortie de la messe, il fut tout à coup entouré par une foule de pauvres gens venus lui demander du travail, un simple gagne-pain pour nourrir leur famille. Charles IV promit de s’occuper d’eux et il entendait bien tenir son serment. Le problème, cependant, subsistait : comment agir ?

 

Et puis, le roi eut une idée. La ville manquait de murailles pour la protéger. Il suffisait de commencer à construire un mur qui servirait à la défense de la ville. Ce mur partirait du Château Royal et descendrait jusqu’à la rivière. C’est cette construction dont vous pouvez encore voir les vestiges sur la colline de Petřίn.

 

La construction se poursuivit pendant les deux années de famine. Les ouvriers ne recevaient aucun argent mais ils étaient nourris, vêtus et chaussés. Leur œuvre fut appelée le Mur de la Faim.

 

Le haut de la muraille n’était pas plat mais crénelé, en forme de dent. On disait que ces « dents » devaient rappeler aux gens de Bohème que grâce à Charles IV, beaucoup d’affamés avaient pu se nourrir pendant la disette et avoir ainsi quelque chose à se mettre sous la dent.

 

Ce roi sage et généreux transforma donc la misère de ses sujets en un monument qui devait pendant de longues années orner et protéger la ville contre ses ennemis.

 

 

Les commentaires sont fermés.