Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juillet 2008

Mélina Mercouri : "Never on sunday"

 melina1.jpg

Evidemment, puisque je fais un rapide tour des grandes chanteuses grecques que je connais (merci d'avance de m'en faire connaître d'autres), on ne pouvait pas rater celle-là. Contourner Mélina Mercouri, c'est impossible. Autant essayer de contourner l'Everest en pédalo.

Chanteuse, actrice, femme politique... Quel aspect privilégié de sa personnalité et de son talent retiendra-t-on ? Tous, à mon avis. Je sais, je suis partial et très conscient qu'une femme ayant son tempérament peut énerver beaucoup, beaucoup de personnes... Mais je ne vais tout de même pas m'amuser à parler de gens que je déteste ou qui m'exaspèrent. Si ? Il n'y a qu'à lire la catégorie portraits et anecdotes ? Ah bon. Si vous le dites...

Revenons à notre sujet : Née à Athènes en 1920, morte à New-York en 1994, Mélina Mercouri commence jeune une carrière de comédienne qui va se dérouler entre Athènes et Paris. Sa rencontre avec Michel Cacoyanis, réalisateur de Zorba le grec lui permet de tourner son premier film, Stella en 1955, oeuvre qui lui apporte aussitôt une grande notoriété. Mais c'est surtout le réalisateur américain Jules Dassin qui va lui permettre d'entamer une très grande carrière internationale. Elle deviendra d'ailleurs sa femme en 1966.

En 1967, les colonels prennent le pouvoir en Grèce après un coup d'état. Mélina Mercouri, privée de ses droits civiques, de sa citoyenneté grecque, doit s'exiler en France, où elle enregistrera de nombreuses chansons, tant en grec qu'en français et ne cessera de combattre la dictature. Elle y restera jusqu'en 1974, année où la dictature tombera, après l'invasion de Chypre par la Turquie. Elle revient alors en Grèce et abandonne la chanson et le cinéma pour la politique. Elue d'abord député, elle devient ministre de la culture de 1981 à 1989 puis de 1993 jusqu'au moment de sa mort.

Sous la direction de Jules Dassin, elle a tourné 8 films dont l'inoubliable jamais le dimanche, qui lui valut le prix d'interprétation féminine à Cannes en 1960 et une nomination aux Oscars.

Melina%20Mercouri,%20actressMinister%20of%20Greek%20Culture.jpg Ses principaux films :

1955 - Stella 

1957 - Celui qui doit mourir, adaptation du roman de Kazantzakis Le Christ recrucifié

1958 - La loi, adaptation du roman de Roger Vaillant.

1960 - Jamais le dimanche

1963 - Topkapi

1969 - La promesse de l'aube, adaptation du roman de Romain Gary

 

Et maintenant... Cadeau. Deux extraits de Jamais le dimanche... L'un, hyper célèbre puisque c'est le moment où elle chante la fameuse chanson "les enfants du Pirée". (En grec, évidemment. Avis très partial : elle est inécoutable dans une autre langue, désolé pour les fans de Dalida...) L'autre dans lequel on retrouve l'air cité ci-dessus, mais qui se situe à la fin du film et montre la danse dans le cabaret.

L'histoire est simple : Un intellectuel américain ayant complètement idéalisé la Grèce débarque au Pirée et fait la connaissance de la plus célèbre prostituée du port, Illya. Il ne voit pas en elle une simple prostituée mais la réincarnation de la Grèce Antique, d'où le décalage constant entre eux deux. De plus, Homère (c'est le nom de l'américain, si, si, véridique !) ne veut pas voir en face la réalité grecque moderne. Il  lui faudra s'initier, dans un parcours très chaotique, aux traditions et aux us et coutumes populaires du Pirée. A la fin, seulement, il comprendra ce qu'est la Grèce... Mais trop tard. Illya partira avec un autre homme.

L'extrait un se situe au milieu du film : Homère s'est mis en tête de faire d'Illya une femme cultivée et lui inflige des leçons de mathématiques, philosophie, littérature, musique classique, etc. Illya montre beaucoup de bonne volonté mais il y a des moments où elle craque... Et, bien à l'abri dans sa chambre, sort ce qu'elle cachait aux yeux d'Homère : l'électrophone et surtout le disque d'une chanson populaire, assez  niaise il faut l'avouer au niveau des paroles, et la photo de ses sportifs préférés... Voilà ce que ça donne :


Commentaires

C'est la cousine de mon grand père^^, mais pour l'orthographe exacte du nom essayez Merkouri.

Écrit par : C.Merkouris | 26 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.