Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2008

Les envahisseurs

LES ENVAHISSEURS

Les plus vieux mûrs d’entre vous se souviennent sans doute de la série télé des années 70 où le héros, David Vincent, était aux prises avec des « envahisseurs venus d’une autre planète », et qu’il avait vus, une nuit qu’il « cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. » Ces affreux extra-terrestres avaient deux particularités : 1) Quand ils mouraient, ils se dissolvaient dans une très jolie lumière rouge ; 2) On les reconnaissait au petit doigt d’une des deux mains qui, je crois, ne pouvait pas se plier. Bref, tout ça pour dire que les envahisseurs sont revenus parmi nous et qu’ils hantent –entre autres- les rames du métro lyonnais aux heures de pointe.

Seulement voilà : ce ne sont plus des êtres a priori comme vous et moi, mais des androïdes dont le cerveau est relié à une machine via des fils qui pendouillent élégamment le long du visage, les pseudo oreilles servant de récepteur, puisqu’à l’intérieur, on a introduit un bout de métal censé transmettre les ordres venant de l’extérieur.

Ces androïdes ont une apparence humaine quasi parfaite ; n’étaient ces fils disgracieux, on les prendrait vraiment pour des gens de notre espèce. De nombreux modèles différents circulent, aussi bien masculin que féminin, et on en trouve dans les classes d’âge variant entre 15 et 35 ans. (Avant 15 ans, il parait que le cerveau est trop mou, et après 35, trop racorni.) On ne peut qu’admirer l’ingéniosité des techniciens extra-terrestres qui nous ont envoyé ces prototypes ; il semble cependant qu’ils doivent améliorer leur production de manière à faire disparaître complètement la cervelle et les fils.

Toujours est-il qu’il est facile de les reconnaître : outre les filaments qui sortent des oreilles, on remarque chez eux un air hébété, comme s’ils étaient absents mentalement du monde où on les a expédiés, et, chez les plus réussis, une expression d’intense idiotie répandue sur le visage. Leur avantage est qu’ils sont en général silencieux mais –gros désavantage lié à leurs oreillettes- sourds comme des pots. Vous pouvez vous égosiller pendant une heure pour leur faire comprendre qu’ils bouchent le passage et que vous aimeriez bien descendre à la prochaine station, rien ne se passe. Ils sont plantés comme des piquets devant la porte et leur regard vide ne voit que le néant.

De temps en temps, toutefois, l’un(e) d’entre eux est saisi(e) de quelques mouvements convulsifs qui l’obligent à se déhancher stupidement sur un rythme douteux, mais c’est la seule manifestation de vie qu’ils sont capables de montrer. Là aussi, il y a des progrès à faire, chers ingénieurs d’une autre galaxie.

Il paraît que le rêve de ces envahisseurs est de peupler notre planète. Ils sont en train d’y arriver. Alors, si vous en croisez un(e), dessoudez-le/la sans avoir pitié de lui/elle. De toutes façons, ce ne sont que des machines sans âme, sans esprit et sans vie réelle. Vous aurez fait œuvre de salubrité publique.

N’attendez cependant pas qu’ils se transforment en poussière rouge pour vous tirer. Ces androïdes n’ont pas le pouvoir de leurs prédécesseurs, hélas. Leur cadavre est du genre à encombrer les couloirs de métro. Il y a déjà assez d’immondices qui traînent par terre….

 

Les commentaires sont fermés.