Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2007

La légende du Golem : conte 1

J’inaugure une petite série de contes qui ont pour thème le Golem de Prague, légendaire créature de divers récits juifs. Le Golem fut créé par le Rabbi Loew à la suite de troubles fomentés contre la communauté juive de Prague.

Ils sont extraits d’un recueil de récits juifs du ghetto intitulé Le Golem de Prague. Ils ont été traduits de l’allemand par Didier Debord.

Je vous recommande en outre si cette légende vous intéresse de lire le roman de Gustav Meyrink intitulé Le Golem. Atmosphère fantastique garantie. Il a été édité il y a longtemps dans la collection « Marabout fantastique » mais on doit pouvoir se le procurer dans d’autres éditions.

Et si le roman de Meyrink vous a plus, lisez aussi du même auteur La nuit de Walpurgis, étrange mélange de fantastique et de réel. (Voir album photo sur Prague)

 

 

LA CREATION DU GOLEM

En 1850, un religieux du nom de Taddaüs, antisémite fanatique auquel la paix et l'harmonie semblaient ne guère convenir, s'efforçait une nouvelle fois de semer le trouble et la discorde, et de ranimer les accusations de meurtre rituel à l'encontre de la communauté juive. Le Rabbi Loew, mis au courant de la chose, adressa une prière vers "là-haut", espérant qu'on lui révèlerait le moyen de combattre l'ennemi.

Il obtint la réponse suivante sous la forme de mots classés dans l'ordre alphabétique:

« Ata Bra Golem Dewuk Hacho­mer, W'tigzar Zedim Chewel Torfe Jisraël. » Tu crées un Golem avec de l'argile et tu détruis les méchants qui dévorent IsraëL"

Le Rabbi Loew interpréta ce mes­sage comme une incitation à créer un être vivant avec de l'argile grâce aux lettres envoyées par le ciel.

II manda son gendre Jizchak ben Simson, ainsi que son plus jeune gar­çon, le lévite[1] Jacob ben Chajim Sas­son, et il leur confia le secret de la créa­tion du Golem : « Quatre éléments me sont nécessaires pour cette création, et c'est pourquoi je vous demande de m'assister: Toi, Jizchak, tu es le feu; toi, Jacob, tu es l'eau; et moi, je suis l'air. Nous trois allons ensemble créer le golem à partir du quatrième élément, la terre. »

II leur expliqua avec la plus grande précision comment ils devaient expier leurs péchés et se purifier pour être prêts à créer un être à l'image de l'homme.

Le jour dit, les trois hommes se ren­dirent à la mikve, le bain rituel, et s'y immergèrent avec une dévotion toute particulière. Ils retournèrent ensuite sans mot dire à la maison où ils s'acquit­tèrent des Chazot, les psaumes et louanges de minuit récités tournés vers Jérusalem. Alors seulement, ils se ren­dirent aux portes de la ville, sur la rive droite de la Moldau , en quête d'argile.

A la lumière des torches, ils se mi­rent avec fébrilité au travail en chan­tant des psaumes, et façonnèrent avec l'argile un corps de trois aunes de long avec tous ses membres.

Le Golem gisait devant eux, le visage tourné vers le ciel.

Les trois hommes se placèrent à ses pieds, de manière à pouvoir regarder très exactement son visage.

Il gisait là, corps sans vie et inerte. Le Rabbi Loew demanda à Jizchak de faire sept fois le tour du corps d'argile, en partant de la droite, et lui confia la zirufim, la combinaison de lettres, qu'il devrait réciter en exécu­tant son office.

Quand ceci fut fait, le corps d'ar­gile devint d'un rouge de feu.

Le Rabbi Loew demanda au lévite Jacob de faire le même nombre de tours, toujours en partant de la droite, et il lui confia la zirufim qui était celle de son élément. Quand Jacob eut terminé, le rouge de feu pâlit, et l'eau afflua dans le corps. Des che­veux poussèrent sur sa tête, et les doigts de ses pieds et de ses mains se garnirent d'ongles.

Le Rabbi Loew fit alors lui aussi le tour du corps, lui introduisit dans la bouche un schem[1] écrit sur un par­chemin, et, se prosternant vers l'est et l'ouest, puis le sud et le nord, ils pro­noncèrent ensemble les mots sui­vants : « Il fit pénétrer dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. »

Les trois éléments, le feu, l'eau et l'air, insufflèrent la vie au quatrième élément, la terre. Le Golem ouvrit les yeux et regarda autour de lui d'un air étonné.

Le Rabbi Loew lui dit : « Lève-toi ! »

Et le Golem se leva.

Ils habillèrent le Golem comme un schammes, et il ressembla bientôt à un être quelconque auquel il n'aurait plus manqué que la parole. Mais, on le verra plus tard, ceci se révéla être un avantage.

Aux premières lueurs de l'aube, quatre hommes regagnaient leur mai­son.

Tout en cheminant, le Rabbi Loew dit au Golem : « Sache que nous t'avons façonné avec une motte de terre. Ton devoir sera de protéger les Juifs de la persécution. Tu t'appelleras Joseph, et tu habiteras au rabbinat. Toi, Joseph, tu suivras mes ordres. Tu iras où je t'en­verrai, quels que soient l'endroit et l'instant, dans le feu et dans l'eau, même si je t'ordonne de sauter du toit ou d'aller au plus profond des eaux. »

Joseph hocha la tête et fit des signes d'acquiescement.

Arrivé à la maison, le Rabbi Loew expliqua qu'il avait trouvé dans la rue un étranger muet, et, qu'ayant eu pitié de lui, il l'avait pris comme ser­viteur du rabbinat.

Il interdit toutefois aux gens de maison de se servir du Golem pour leurs propres besoins.

 

 

Commentaires

Je me permets de suggérer aussi la Procédure d'Harry Mulisch dans la liste de lecture sur le Golem.

Écrit par : julien | 23 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.