Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juillet 2007

Légendes allemandes I : Vineta

A l’époque (éloignée) où j’étais au collège, nous apprenions les langues étrangères à partir d’un manuel dans lequel de petits textes nous faisaient partager la vie d’une famille. Il n’y avait évidemment aucun support audio-visuel mais, ma foi, nous arrivions à nous en passer et même –ô miracle- à nous mettre en tête les structures fondamentales orales et écrites de la langue en question. J’avais choisi l’allemand comme première langue. La famille Meyer ressemblait étrangement à ma propre famille : un père, une mère, des enfants, des oncles et tantes, enfin bref, à part le fait qu’au lieu de dire « père » ou « mère » on disait « Vater » ou « Mutter », je ne voyais vraiment pas la différence entre leur mode de vie et le mien. Les enfants allaient à l’école, le père à son travail et la mère restait à la maison pour faire les courses, le ménage et préparer les repas. Tout ça pour dire que le manuel en question nous enseignait le vocabulaire courant et les constructions syntaxiques de base à partir de la vie quotidienne. Cela n’avait rien de franchement enthousiasmant parce qu’on ne découvrait pas réellement l’âme allemande.

Par contre, là où ce manuel devenait vraiment passionnant, c’est qu’entre les différents chapitres, on trouvait un « Intermède » consacré à la culture allemande, à ses traditions, à ses légendes, à ses écrivains et poètes : quelques pages qui vous sortaient de l’ordinaire pour vous plonger dans l’imaginaire germanique. J’ai trouvé là des trésors dont les collégiens d’aujourd’hui ignorent totalement l’existence : Die Lorelei, de Heinrich Heine, Erlkönig, de Goethe, que j’ai appris par cœur, pour le plaisir des sons, et surtout, un fabuleux condensé des légendes allemandes. Je ne me souviens hélas pas de toutes, mais certaines sont restées dans ma mémoire. Laissez tomber pour quelques minutes le matérialisme ambiant et laissez-vous porter par l’imagination : je vais essayer de vous restituer ces légendes, avec, cependant, ce petit bémol, sans réelle importance, au fond : comme toutes les légendes, elles sont essentiellement d’origine orale, donc sujettes à de multiples versions. Celles que je vous livre n’en sont qu’une parmi des dizaines. Pour finir cette introduction, laissons la parole à Jean Cocteau : « c’est le privilège des légendes de n’avoir pas d’âge : comme il vous plaira. » (Introduction en voix off au film Orphée.)

 

 

 

Vineta

 

« Il y a bien longtemps de cela, dit le conteur, existait au bord de la mer Baltique une ville qui s’appelait Vineta. Les habitants de cette cité s’étaient enrichis grâce au commerce maritime et terrestre. Les maisons étaient de véritables palais dont les murs étaient couverts d’or et de pierreries. Les dames ne portaient que des robes en velours de soie et couvraient leurs habits de bijoux étincelants. Il n’y avait pas de pauvres, dans la ville ; ou du moins, ceux qui ne pouvaient pas montrer ostensiblement leur richesse étaient impitoyablement chassés. La cité n’ouvrait ses portes qu’aux  étrangers fortunés et les fermaient aux mendiants ou aux simples voyageurs qui demandaient asile pour la nuit. L’égoïsme, le luxe, l’individualisme n’avaient point de bornes à l’intérieur des remparts. Vineta était crainte, enviée et haïe par tous ses voisins.

« Une nuit, alors que Vineta était en fête et que l’or, l’argent, le vin coulaient à flot dans ses rues, une tempête monstrueuse s’éleva sur la Baltique. Les digues qui protégeaient la ville s’effondrèrent, un séisme épouvantable fit craquer la croûte terrestre et Vineta fut engloutie au fond de la mer avec tous ses habitants : il n’y eut aucun survivant.

« Les années, les siècles passèrent. Personne ne se souvenait qu’un jour, une ville orgueilleuse et puissante se fût dressée là, au bord de la mer, à la place de cette longue plage de sable fin.

« Et puis un jour, un jeune cavalier apparut sur la plage. Il avait déjà parcouru un long chemin et sa destination finale était encore éloignée. Il désirait se reposer un moment et mit pied à terre. Pour se dégourdir les jambes, il marcha lentement dans le sable, contemplant la mer, laissant le vent du large lui fouetter le visage. Soudain, le bout de sa botte déterra un objet bizarre, enfoui dans le sable. Il se pencha, le ramassa, l’examina. C’était une pièce de monnaie, une pièce très ancienne, dont il ne parvenait pas à trouver l’origine. Sur le côté pile, le graveur avait représenté une sorte de ville minuscule, enfermée dans des remparts. Il n’y avait rien sur le côté face, sinon le chiffre 100. La pièce n’était pas belle : toute bosselée, rongée par l’eau de mer et les intempéries. Le jeune homme la rejeta et poursuivit sa promenade. Bientôt, il sentit la fatigue envahir ses membres. Il s’allongea sur le sable et s’endormit.

« Ce fut un bruit étrange qui le tira de son sommeil : le bruit de quelques voix qui chuchotaient, et celui de chevaux qui hennissaient, de charrettes qu’on tirait. Il ouvrit les yeux. Il était allongé devant les portes grandes ouvertes d’une cité de l’ancien temps. Il se redressa, ébahi, puis se dit qu’il rêvait et qu’il n’avait qu’à accepter ce rêve.

« Les trois hommes qui se tenaient debout non loin de lui s’approchèrent. Ils souriaient, ils avaient l’air ravi de le voir. Avec de grands gestes d’amitié, ils l’invitèrent à franchir la porte et à pénétrer dans la ville. A peine avait-il dépassé la poterne que les premiers marchands se précipitèrent vers lui : l’un lui tendait des étoffes, l’autre des bijoux, le troisième de la vaisselle… Mais le jeune homme secouait doucement la tête. Vu la beauté et la richesse des objets, le contenu de sa bourse était largement insuffisant pour lui permettre d’acheter quoi que ce soit. Une femme, drapée dans une robe somptueuse, l’entraîna dans sa boutique, le supplia de choisir parmi la vaisselle exposée ce qui lui plaisait le mieux. Il crut à un cadeau et prit un gobelet en or. Mais quand il apprit qu’il devait payer l’objet, il le reposa en souriant, disant à la jeune femme qu’il n’était pas assez riche pour s’offrir ce luxe. « Une pièce, dit-elle, juste une pièce, et le gobelet est à vous. » Il sortit un peu d’argent de sa poche, le tendit à la jeune femme. Elle hocha négativement la tête et se mit à pleurer, sans bruit. « Ce n’est pas cela, dit-elle. Ce n’est pas cela. »

« Il reprit sa promenade dans la ville, sans se soucier de consoler la belle marchande. A chaque pas, il était arrêté par des passants qui le suppliaient d’acheter n’importe quoi. Une pièce suffisait. Chaque fois, cependant, son argent était repoussé et femmes et hommes se détournaient en pleurant.

« Un vent violent s’éleva tout à coup sur la cité. Si violent qu’il jeta le jeune homme à terre. Une pluie de sable s’abattit sur lui. Il voulut se réfugier sous l’auvent d’une maison mais il lui était impossible de bouger. Il ferma les yeux, serra les lèvres au maximum pour empêcher le sable de l’étouffer. Enfin la tempête s’apaisa. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il était allongé sur la plage ; aucune ville à l’horizon. Seulement la mer, grise, et le sable, à perte de vue.

« Quel rêve bizarre, pensa-t-il en se relevant. Il était temps de repartir. Il ne savait pas exactement combien d’heures il avait dormi mais le jour commençait à baisser. Il se remit en selle. Au loin, sur la grève, il aperçut une silhouette qui marchait péniblement le long de la mer. Il dirigea sa monture vers elle. C’était un vieil homme qui logeait non loin de là, dans une cabane. Parvenu à sa hauteur, le cavalier s’arrêta. Il n’avait nullement l’intention d’engager une conversation avec cet homme et pourtant, sans qu’il sût pourquoi, il lui demanda s’il n’y avait pas une ville dans les environs, « une très belle ville, avec des remparts, et des gens vêtus d’étranges habits ». Le vieil homme lui jeta un regard curieux. « Vous l’avez vue ? » demanda-t-il et le cavalier eut l’impression désagréable qu’il se moquait de lui. Il répondit sèchement que non, mais qu’il avait dormi sur la plage et fait un rêve qui sortait de l’ordinaire. « Vous avez dormi sur la plage, répéta le vieil homme en remuant la tête. Avez-vous trouvé quelque chose, dans le sable ? » Le cavalier répondit par l’affirmative : une vieille pièce de monnaie, qu’il avait jetée avant de s’endormir.

« C’était une pièce appartenant à la cité de Vineta, dit le vieillard. Et vous n’avez pas rêvé. Vineta était une merveilleuse ville ; mais les dieux l’ont punie de son orgueil en la précipitant dans la mer. Tous les cent ans, Vineta réapparaît et si un étranger peut acheter un objet avec l’argent de la cité, la malédiction prend fin. Vous auriez pu sauver ces âmes en peine. Mais votre ignorance les a rejetés à leur géhenne. » Et sans laisser le temps au cavalier de réagir, le vieil homme tourna les talons et s’éloigna sur la plage.

« Passant, si un jour vous vous promenez au bord de la Baltique et que vous trouvez une étrange pièce de monnaie, ne la jetez surtout pas. Asseyez-vous, attendez. Peut-être est-ce le moment où Vineta va surgir des flots et tenter d’échapper à la malédiction… »

 

 

 

Commentaires

Quelle belle façon de rendre une langue attractive ! Des légendes, de la poésie et même de la musique pour cette ballade romantique. Que demander de mieux ? Donnez-nous encore un peu de ce dessert délicieux, s'il vous plaît, Monsieur.

Écrit par : Fleurdo | 21 juillet 2007

Assis sous son grand chêne ou devant la cheminée, selon la saison, le conteur nous emmène au pays des rêves et de la poésie. Quel bonheur !
Une vraie cure de rajeunissement pour nos âmes d'enfant que nous négligeons trop souvent.

Écrit par : Mélanie | 23 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.